De l’éphémère

La beauté et la grâce sont terribles dans l’instant.

Antonio Gramsci, saint patron des victoires culturelles et des guerres de position, nous laisse ceci : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ». Braquons le projecteur sur ce clair-obscur.

L’instant parfait est comme le bon vin : le travail centenaire d’une parcelle de terre, le soin et le travail constants des humains, le sort favorable, l’art du sorcier qui concocte la potion, l’attente, et puis déboucher au bon moment le bon flacon, et pour un instant magnifique tout est en place.

Puissions-nous attraper le charme de cet instant – un peu de son humour, aussi.

260px-Eakins_cook.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *