Histoires de papes

La liste des papes apparaît dans l’Annuaire Pontifical, publié chaque année et depuis 1912 par le bureau central de statistiques du Saint-Siège. En 2016 la liste compte 266 individus, de Pierre à François.

L’histoire des papes présente quelques singularités remarquables :

– Le pape Etienne, élu en mars 752, connaît un pontificat de 3 jours avant sa mort. Du reste il a quitté la liste des papes depuis 1961.
– Un peu plus de 100 ans après Etienne, le pape Philippe bat son record en 768, avec une unique journée de pontificat : il est déposé le soir même et laisse la place à Etienne III. Lui non plus n’est pas dans la liste.
– Si de nombreux papes sont élus assez âgés, Benoît IX brille par sa précocité : il a au plus 20 ans lors de son accession à la fonction en 1032. Autre fait remarquable : il est 3 fois pape, successivement. Il doit d’abord fuir Rome en 1044, et Sylvestre III le remplace en janvier 1045. Benoît IX l’excommunie en conséquence et redevient pape au mois de mars. Deux mois plus tard, il laisse la fonction à son oncle qui devient Grégoire VI. Dans un come-back digne de Charles Aznavour, Benoît IX reprend son titre en novembre 1047. En juillet 1048 l’empereur se prononce contre lui et fait élire Léon IX, qui s’empresse d’excommunier Benoît IX. A la mort de celui-là en avril 1054, Benoît IX tente un nouveau retour mais ne parvient pas à retrouver son trône.
– En 1409 : 3 papes sont déclarés simultanément : Grégoire XII, Benoît XIII et Alexandre V. Ces 2 derniers sont considérés aujourd’hui comme des antipapes, et non présents dans la liste.
– Arthur Ramiandrisoa a eu le bac à 11 ans en 1989. En 955, Jean XII est élu pape. Il a (selon les sources) 16 à 18 ans.
– Alexandre VI Borgia est une véritable star : pape de 1492 à 1503, il partage le Nouveau Monde entre l’Espagne et le Portugal en 1493, reconnaît 6 enfants (dont César et Lucrèce), crée un énorme scandale le 31 octobre 1501 en organisant une orgie mémorable en compagnie de ses propres enfants. Avec ça il est un mécène généreux et un administrateur doué.

Combien coûte une chanson ?

Joel Tenenbaum est né le jour de Noël, en 1983. Il a étudié les mathématiques, la physique et la musique. Pour fêter ses 20 ans, 5 majors (Sony, Warner, Atlantic Records, Arista, UMG) le poursuivent en 2003 pour le partage de 30 chansons sur Kazaa, notamment de Limp Bizkit, Green Day, Red Hod Chili Peppers, Eminem.
Le 31 juillet 2009 Tenenbaum est condamné pour un montant de 675 000 $, ramené Le 9 juillet 2010 à 67 500 $ puis de nouveau à 675 000 $ le 16 septembre 2011. Pour 30 chansons et après 8 ans de poursuites judiciaires.

En 2012 Tenenbaum obtient son doctorat de physique et résume les choses ainsi : « I can’t believe the system would uphold a six-figure damages amount for downloading 30 songs on a file-sharing system that everybody used ».

Tenenbaum a été très maladroit pendant les procès. La défense idéaliste de Charles Nesson, professeur de droit à Harvard, adversaire farouche des multinationales et grand joueur de poker, a joué dans la punition considérable infligée à Tenenbaum.
Mais le vrai but de ces condamnations, comme le résume Nesson, est de terrifier la population par une punition excessive. La RIAA (Recording Industry Association of America) applique la même réponse que pour les régicides jadis : une torture si insoutenable et publique que personne n’aura plus l’idée d’attenter à la vie du roi. Ou de télécharger un fichier. Ou de refuser un arrangement à l’amiable. Etrangement, certains parlent de racket.

Pour mémoire Jammie Thomas, l’autre grande perdante contre l’industrie du disque US, a au final été condamnée à 222 000 $ pour 24 chansons après avoir refusé un accord à 5000 $.
Le montant de sa condamnation en 2007, soit 222 000 $, a successivement été porté à 1,92 million de $, puis à 54 000 $, puis à 1,5 million de $, puis à 54 000 $, puis à 222 000 $ le 11 septembre 2012, après 5 ans de procès.

Tenenbaum est aujourd’hui professeur de physique à l’université de Boston.
Nesson a lâché l’affaire. Dans sa thèse de 2012 (répondant au doux titre d’interdisciplinary applications of statistical physics to complex systems), Tenenbaum écrit de manière touchante à Nesson : « You are Vincent Laguardia Gambini. You are Gandalf ».
Jammie Thomas a indiqué en 2015 qu’elle ne paierait jamais.
Jérôme Kerviel, condamné le 5 octobre 2010 à payer la somme de 4 915 610 154 euros pourrait dire : petit joueur.


Le téléchargement, c’est du vol. 675 000 dollars pour 30 chansons, c’est la justice.